Lun - Vend: 09h - 18h
Tél : 04 22 13 57 00
Fax : 04 22 13 56 45

Le fonctionnement et l’organisation du système bancaire

Le fonctionnement et l’organisation du système bancaire

L’organisation du système bancaire

Les banques tiennent pour mission de gérer les biens financiers de la population ainsi que des diverses entreprises du pays. Actuellement, elles sont à la fois des sociétés d’investissement et aussi des établissements de crédit. En France, les activités de ces firmes financières proposent à des milliers de personnes un emploi stable. Et des recrutements ne cessent de s’effectuer chaque année. Il s’agit aussi de 3% du Produit Intérieur Brut du pays avec plus de 30 000 agences qui s’éparpillent sut tout le territoire.

Les divers établissements de crédit

  • Qu’est-ce qu’une banque commerciale ?

La plupart des entreprises financières commerciales sont des organisations privées. Elles prennent en charge les missions traditionnelles au sein d’une banque, la gestion des affaires financières d’une société, ainsi que les banques universelles. En gros, elles prennent en charge toutes les opérations bancaires déjà existantes. Le but est de se développer encore plus et d’acquérir plus de clientèle et de partenariat.

  • Le principe des banques coopératives

Si vous faites partie des clients de ce type d’établissement, vous êtes sûrement des porteurs de parts sociales. À la différence d’une société financière commerciale, les activités des mutualistes ajoutent aussi les crédits mutuels, les prêts agricoles et les caisses d’épargne. Actuellement, les agences existantes disposent déjà plus de 70 millions sur les comptes en cours.

  • Les entreprises financières

Ces types d’organisation n’actionnent pas comme les banques. Elles ne reçoivent pas de dépôts et ne réalisent pas des opérations bancaires. Leurs fonctions interviennent dans divers domaines tels que l’affacturage, le mobilier ou l’immobilier à la consommation, le capital risque ainsi que le cautionnement mutuel.

  • Le rôle des institutions financières spécialisées

Ce genre d’entreprise n’effectue que des services en faveur de l’intérêt public. On parle surtout des traitements et de l’octroi de crédits, les offres sur les prestations bancaires et la collecte des dépôts. D’après la loi du 15 juin 1992, ces types de sociétés peuvent exercer des droits exclusifs dans le secteur de prêts sur gages corporels.

  • Le concept d’une réglementation bancaire

Il existe plusieurs textes qui incluent les lois qui définissent les activités bancaires. On peut trouver le principe d’universalité surtout dans le domaine des prévoyances sociales, les épargnes et les crédits. Certaines lois évoquent aussi les services d’investissement et les ordres de bourse. Mais en tant que client, vous vous posez toujours des questions sur la sécurité financière. Si vous créez un compte ou déposez des fonds, sachez que la loi de Juin 1999 intervient en votre faveur sur l’épargne et la sécurité financière. De même que pour la loi Lagarde du 1er juillet 2010 qui parle du crédit à la consommation.

Dans le territoire français, le ministre de l’Économie et des Finances en partenariat avec le gouverneur de la Banque de France qui gère toutes activités bancaires. L’ensemble de toutes les institutions financières est affilié à l’Association française des sociétés de placement financier et des organismes de gestion de crédit. Si vous êtes propriétaires d’une organisation PME, la banque publique d’investissement ou BPI est maintenant à votre disposition. Ces organisations gardent pour objectif d’optimiser l’obtention des prêts des petites et moyennes entreprises. Les banques en question se démarquent des autres par son intervention d’être un investisseur de long terme et ne compte pas sur les taux de rentabilité comme les autres firmes financières.

  • L’importance de la gestion de risque

Toutes les entreprises qui gèrent les aspects financiers de la population ou des entreprises doivent toujours se préparer aux éventuels risques. D’autant plus que les risques pour les banques existent en permanence. Ce type de cas arrive surtout au niveau des prêts dans la mesure où les emprunteurs peuvent se retrouver dans une situation de crises. En effet, les clients peuvent décéder, renvoyer ou subir un accident grave sans avoir fini sa mensualité. Les banques devront ainsi se préparer à ce genre de crise pour ne pas se dégrader continuellement. Il y a aussi les risques opérationnels et les menaces de déclin sur le marché. C’est face à ces genres de situation que les banques devront se fier aux règles prudentielles qui préviennent contre une éventuelle crise systématique. Cette réglementation est appuyée par les accords de Bâle III renfermant le système LCR et NSFR qui sont les deux nouveaux ratios de liquidité.